travaux-devis-71.com

“Vos vacances en Morvan vous ont plu ? Pourquoi ne pas vous installer ici ?” Déjà des dizaines d’installations

“Vos vacances en Morvan vous ont plu ? Pourquoi ne pas vous installer ici ?” Déjà des dizaines d’installations
Notez cet article



Coronavirus oblige, le Morvan a rarement accueilli autant de touristes durant l’été. Les hebergements sont pleins et les lacs très fréquentés. Les collectivités locales en profitent pour séduire de nouveaux habitants. Et ça marche ! Les installations se multiplient ces dernières semaines. 

Pour Mathieu Kochen, le Morvan, cela a d’abord été le lieu de son confinement. Restaurateur à Lyon, il possède une maison de vacances sur place depuis 7 ans. Il est venu s’y réfugier en mars dernier. Et après 3 mois enfermé au grand air, il a décidé de ne pas repartir. « En étant confiné ici, on a eu beaucoup de temps pour réfléchir. Et on s’est dit que c’était pas mal la campagne ! » Il décide de s’installer à Lormes dans la Nièvre. 

Dans l’aventure, le trentenaire emmène ses deux collègues américains, eux aussi restaurateurs mais beaucoup moins familiers de la campagne. « On s’est dit que l’on pouvait faire quelque chose ici. » A 3, ils décident de monter un nouveau restaurant. Fin juin, « L’Odessa » ouvre ses portes dans les locaux de La Recycl, un local associatif inoccupé.  

 

Chers amis,

Suite à une belle rencontre et compte-tenu de nos difficultés à maintenir le lieu régulièrement ouvert,…

Publiée par La recycl’ sur Vendredi 12 juin 2020

 

Mais l’aventure aurait été impossible sans le soutien des habitants, selon Mathieu Kochen. « On a rencontré beaucoup de gens qui nous ont montré que l’on pouvait faire ici des choses auxquelles on ne pensait pas. » Le maire de la commune, Fabien Bazin leur fait rencontrer plusieurs acteurs de la vie locale. Les 3 restaurateurs découvrent aussi le lien direct avec certains producteurs. « Grâce à eux, on a pu monter un restaurant. On a fait l’ouverture sans connaître beaucoup de monde mais on a reçu beaucoup de soutien » se félicite le restaurateur. Et ça fonctionne ! « Ca marche même mieux qu’à Lyon, se réjouit Mathieu Kochen. On est étonné de la tournure des choses ».


22 implantations en 2 ans

Pour le maire de la commune de Lormes en revanche, pas d’étonnement. Il est persuadé que le Morvan a de l’avenir, chiffres à l’appui. « Il y a eu une accélération avec le Covid, mais depuis 2 ans et demi, on a vingt-deux activités qui ont été créées ou reprises dans la commune. » Ce mardi 11 août 2020, c’est par exemple la librairie de Lormes qui rouvre ses portes avec une nouvelle commerçante après plusieurs mois de fermeture. Le maire de Lormes poursuit son inventaire : deux dentistes qui viennent de s’installer, une femme originaire du Morvan qui revient après un long séjour aux Etats-Unis, un prothésiste dentaire qui veut partager son temps entre Lormes et Paris, une jeune femme originaire de Toulouse… La plupart ont entre 30 et 50 ans.

Avec la présence massive de vacanciers dans le Morvan cet été, les envies d’installations dans le Morvan semblent s’envoler. « Ces 3 dernières semaines, on a reçu quasiment 2 à 3 demandes de logements par jour en location ou en acquisition » complète le maire de la commune. Au delà de l’engouement touristique de l’été pour la destination Morvan, François Bazin estime que l’exode urbain va remplacer l’exode rural. « Ces dernières années, on a eu beaucoup de Nivernais ou de Morvandiaux qui revenaient. Mais maintenant on voit vraiment un phénomène de démétropolisation. Des urbains qui reviennent vers les anciens chefs-lieux de canton. Le confinement a accéléré le retour à la campagne mais on sent un mouvement puissant. » Une condition néanmoins selon l’élu, le maintien se services essentiels dans les communes comme une vie culturelle active. Lormes bénéficie d’un centre hospitalier rural et des établissements scolaires jusqu’au collège fait valoir la mairie.

 

Autre détail indispensable, l’accès à internet ! « C’est un critère essentiel » explique Françoise Bourgeois. Elle est directrice d’agence immobilière à Lormes. « La couverture internet a été améliorée. Cela génère une clientèle qui ne venait pas avant. Des urbains qui viennent ici par pour s’installer à l’année mais pour y vivre sur de longue période, en télétravail ou pour des vacances. »


“Rêver Morvan” ou “Vivre Morvan”

Elle aussi constate un engouement pour le Morvan. Mais selon cette professionnelle de l’immobilier, il n’est pas nouveau. Les ventes ont sensiblement progressé ces dernières années. + 25% en 5 ans. Françoise Bourgeois reste cependant prudente. « Aujourd’hui, il y a une demande accrue, notamment pour des visites de maisons. Il y a beaucoup de gens qui ont été confinés en ville et qui rêvent du Morvan. Mais il y a aussi beaucoup de gens qui ne passeront jamais le pas ou qui ne feront pas aboutir leur projet cette année. »

Se pose de toute façon la question du manque de biens disponibles dans le parc naturel du Morvan. Avec la crise sanitaire, les successions ont été suspendues et certains propriétaires qui envisageaient de vendre ont aussi reporté leur projet.

Le département de la Nièvre et les collectivités entendent néanmoins profiter de l’afflux de visiteurs. Cet été, sur les terrasses des restaurants nivernais, les touristes mangent sur un set de table particulier, financé par les collectivités. « Vos vacances en Morvan vous ont plu ? Alors pourquoi ne pas vous installer ici toute l’année ? » Y figure les contacts des plusieurs interlocuteurs chargés de faciliter l’installation.

Cet été, le comité du tourisme du département a aussi mis en place l’opération « Essayez la Nièvre ». Le principe : une centaine de familles qui envisagent un changement de vie se voient prêter une maison nivernaise pendant une semaine fin août. Sur place, ils seront accueillis et accompagnés par des « parrains » chargés de les orienter.

Si les hôtels du Morvan sont pleins et les places de village animées en ce mois d’août, en sera-t-il de même cet hiver ? C’est en tout cas ce que veut croire Mathieu Kochen pour son restaurant. « On va voir mais je pense que ça peut marcher toute l’année. La plupart de nos clients sont des locaux. » Pour le chef d’entreprise, au-delà du lieu, c’est aussi un mode de vie qui est en jeu dans les villages morvandiaux. « On n’a pas la même pression économique et financière qu’en ville. A Lyon, on investissait beaucoup de temps, beaucoup d’argent. Ici, on est moins inquiet. C’est aussi ce qui a emporté la décision. » Pour certains, le rêve Morvan pourrait bien continuer.

 



Source link

Autres articles à lire

EN CHIFFRES. Une hausse de 75% de recherches de locations en Île-de-France en juin, la grande couronne privilégiée

administrateur

la crise sanitaire perturbe la gestion des copropriétés

administrateur

VIDEO. Immobilier : envie d’espace et de nature, les acheteurs de l’après-confinement se tournent vers la campagne

administrateur

Déconfinement : l’immobilier limousin peut en profiter

administrateur

Déconfinement : le marché de l’immobilier de l’Yonne va-t-il être dopé par l’arrivée des Franciliens ?

administrateur

A Lyon, les prix de l’immobilier grimpent encore malgré la crise

administrateur