travaux-devis-71.com

pénurie de logements étudiants à quelques semaines de la rentrée universitaire



Le casse tête pour de nombreuses familles tourne au cauchemar à quelques semaines de la rentrée. Trouver un logement étudiant à Angers devient de plus en plus difficile, la ville est victime du succès de son université et de ses grandes écoles.

C’est un peu la visite de la dernière chance pour Alexandre et son fils Baptiste. Ils cherchent un logement pour la rentrée de septembre, et, il n’en reste quasi aucun. Ils visitent un studio de 35 m², vide. Un studio à deux pas de la gare, l’idéal pour ce Nantais qui fait sa rentrée en école de commerce à Angers. Malgré ses recherches sans relâche depuis le début de l’été, trouver un logement vire au cauchemar.

« Ma rentrée c’est le 30 août, pas d’appartement à partir du mois d’août, c’est la panique. On est venus au mois de juin on a commencé à regarder plusieurs appartements, rien, on a remis des dossiers toujours rien. Au mois de juillet même chose », Baptiste est franchement inquiet.

Son père compare Angers avec Paris où il a trouvé sans difficulté un logement pour la sœur de Baptiste. « À Paris on a trouvé en une semaine,  mais effectivement à Angers on galère depuis le mois de juin. C’est plus difficile de trouver à Angers qu’à Paris ».

Cet appartement sera visité par seulement deux autres candidats. Car à peine l’annonce publiée, l’agence a été assaillie d’appels. « Un appartement comme celui ci comme c’est très demandé en ce moment, on reçoit des dizaines d’appels par heure, mais on bloque seulement pour 3 ou 4 personnes les plus réactives », indique Claire Victoire Desprès, agent immobilier.

Angers : pénurie de logements étudiants à quelques semaines de la rentrée universitaire

Louer ou acheter, même rareté

Dans le centre-ville d’Angers, les agences n’ont plus de locations à proposer. Une famille bretonne, avec sa jeune fille Louison, espère maintenant trouver un logement pour l’automne. Même si Louison fait sa rentrée début septembre.

Marie-Jeanne, la maman de Louison ne se voit pas laisser sa fille sans certitude. « Si on n’a pas de logement signé pour le 30 octobre on sera dans la galère. Une jeune fille de 18 ans un peu chez les amis n’est pas la solution, le travail avant tout ». Thierry, le papa ajoute, « on regardait même pour acheter, on ne le fera probablement pas, car même à l’achat il n’y a rien, c’est complet complet ! »

Le marché locatif est saturé, et la situation ne fait que s’aggraver depuis quelques années. Angers accueille 43 000 étudiants, c’est 10 000 de plus qu’il y a 15 ans. Et, difficulté supplémentaire, les résultats d’admission sont parfois très tardifs

« Les résultats de Parcoursup sont un peu tardifs dans la saison, on est à la mi-août, pour des étudiants qui arriveront septembre ou octobre pour d’autres universités, les parents sont en train de chercher » se désole Andrée Brablé, responsable d’agence immobilière.

Pour les familles, des solutions de dernier recours existent, des dispositifs d’hébergement temporaire chez l’habitant, organisés par les associations angevines ou le Crous.





Source link

Autres articles à lire

les tortues d’Hermann menacées, les services de l’Etat mis en cause

administrateur

Se payer un château (d’eau) de 335 m² en Dordogne pour 20 000 € !

administrateur

Ce que le confinement va changer sur le marché de l’immobilier en Île-de-France

administrateur

L’encadrement des loyers va s’étendre à l’agglomération de Grenoble

administrateur

solidarité pour une propriétaire chassée par son locataire

administrateur

Quiberon. Le permis de construire du promoteur Nexity annulé par la justice

administrateur