travaux-devis-71.com

les riverains du quartier des Chalets inquiets par l’ouverture de la plus grande dark kitchen de la ville



Dans le quartier des Chalets à Toulouse, une «dark kitchen», restaurant réservé à la livraison et aux plats à emporter devrait voir le jour à la fin de l’année. Le projet qui rassemblera près de 12 cuisines inquiète les riverains. Ils craignent des nuisances sonores et des problèmes de sécurité.

12 cuisines sur une surface de près de 400 mètres carrés, avec près de 800 commandes par jour : le projet de la plus grande «dark kitchen» de Toulouse inquiète les riverains du quartier des Chalets. Dans cette cuisine, pas de salle de restaurant, tout sera basé sur la livraison et la vente à emporter, c’est le concept de la «dark kitchen». 

Des propriétaires non informés du projet

Il y a quelques semaines, les riverains du quartier où sera situé la dark kitchen ont lancé une pétition en ligne pour montrer leur opposition.

A ce jour, elle a recueilli près de 700 signatures. Désemparés, ils assurent qu’ils n’étaient pas au courant de ce projet : « j’ai été au courant de l’ampleur du projet avec la pétition. Quand on a reçu les acquéreurs qui nous ont été présentés comme des informaticiens, on nous a dit qu’ils allaient faire des cuisines mais qu’il n’y aurait pas de salle de restaurant. On pensait que cela allait être un traiteur, mais avec la pétition, on s’est rendu compte de l’ampleur du projet », confie Rebecca Marlot, propriétaire d’un appartement du quartier des Chalets, situé au-dessus du prochain restaurant.

Elle redoute aussi l’amoncellement de vélos, scooters de livraison : « douze cuisines en livraison, 7 jours sur 7, quasiment 24h sur 24h, ça remplit tout le trottoir et personne n’a prévu toute cette infrastructure-là, c’est ça qui nous fait peur. »

C’est une cuisine industrielle dans un quartier résidentiel. Cela ne peut pas fonctionner.

Rebecca Marlot, riveraine.

Philippe Albafouille, qui réside également dans le quartier est lui aussi furieux par l’implantation de cette « dark kitchen ». Il s’inquiète des nuisances sonores occasionnées par les 12 cuisines prévues dans le projet : « nous craignons que le bruit dure jusqu’à tard le soir, le dimanche et les fêtes comprises. Il y aura aussi des odeurs générées par le restaurant. Une cuisine industrielle ne s’implante pas dans un quartier résidentiel, c’est impossible, il faut faire cela en dehors de Toulouse. »

En plus des nuisances sonores et olfactives, Philippe Albafouille craint pour la sécurité de son quartier : « des gens vont se garer là pour travailler, ce qui pose des problèmes de sécurité et de stationnement. Nous avons déjà des difficultés pour nous garer. »

« Une pétition exagérée »

De son côté, le propriétaire de la dark kitchen « Popafood », Florent Garin, aussi créateur de logiciels informatiques, assure que son établissement respectera toutes les règles en vigueur pour éviter les nuisances sonores et olfactives : « cette rue est déjà très passante. Il y aura un peu de marchandises, mais uniquement quand la ville est en pleine ébullition. Avant nous, c’était déjà un restaurant. » S’il comprend les craintes des riverains, pour lui, « la pétition est exagérée ». « Je pense qu’il y a beaucoup de fantasmes autour de cette nouveauté qu’est la dark-kitchen. Mais j’invite les riverains à venir nous voir et discuter avec nous. On ne s’est jamais cachés sur nos démarches. »

Le bâtiment a été rénové. Il n’y aura aucune nuisance sonore ou olfactive. On a fait les démarches dans les règles. 

Florent Garin, propriétaire de la dark kitchen.

Les riverains attendent toujours l’abandon du projet. Une médiation entre les deux parties doit être organisée par la mairie de quartier, déjà sollicitée par le voisinage.

L’ouverture des 12 cuisines est prévue en novembre prochain.





Source link

Autres articles à lire

l’encadrement des loyers peut-il être un frein à la location à Marseille ?

administrateur

Dans la Loire, Saint-Chamond veut être le nouvel eldorado des Lyonnais

administrateur

le projet de cession de la mosquée Averroès à la Paillade est annulé, Michaël Delafosse se dit « satisfait »

administrateur

après les pelleteuses, les salades de retour aux Jardins de l’Engrenage… jusqu’à la prochaine expulsion ?

administrateur

comment la pandémie de la Covid 19 et ses conséquences ont changé notre façon de vivre

administrateur

plusieurs centaines de personnes rassemblées contre le projet hôtelier

administrateur