travaux-devis-71.com

les prix flambent, mais ce n’est pas de la faute des « Parisiens »



Le conseil régional des notaires publie les derniers chiffres de l’immobilier en Bretagne. Le constat est sans appel : les prix augmentent partout dans notre région, mais pas au même rythme. Les chiffres montrent aussi que les Parisiens ne sont pas responsables de la flambée des prix.

Hausse généralisée des prix, partout en Bretagne

Tout le monde est d’accord : les prix de l’immobilier ont explosé partout en Bretagne. Les chiffres des notaires bretons le confirment.

En moyenne sur une année, les biens ont pris entre 1,3 % (pour les appartements neufs) et 10,8 % (pour les appartements anciens), et ce malgré le confinement et le ralentissement de l’économie.

«Il y a eu une embellie dès la sortie du 1er confinement. On a vu tout de suite le volume des ventes augmenter de façon importante. C’est certainement dû à la réflexion des personnes et du coup ça a été un catalyseur pour les acquisitions. Dès la sortie du confinement et on a rattrapé les deux mois d’arrêt » analyse le président du conseil régional des notaires.

Cette hausse s’inscrit dans une tendance installée depuis déjà longtemps dans notre région. En effet, en cinq ans, les prix et des appartements, maisons et terrain n’ont cessé d’augmenter pour atteindre par exemple 2770€/ m² pour un appartement ancien.

 

 

Explosion des prix sur le littoral et dans certaines villes

Les moyennes masquent toujours des écarts. En Bretagne ils peuvent être considérables si l’on compare les prix des biens dans le pays malouin aux prix du centre Bretagne par exemple.

Sur les appartements anciens, entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, les prix ont ainsi augmenté de +14,20 % dans le Finistère pour atteindre 1620 € le m² , quand ils n’ont augmenté « que de » 7,7 % dans le Morbihan pour atteindre 2560€ le m².

 

Pour les maisons anciennes les hausses varient entre +6,7 % et +11,1 % selon les départements :

 

Les villes et le littoral subissent les plus fortes hausses

Sur le marché des maisons anciennes Vannes est la commune qui connaît la plus forte hausse. Mais globalement toutes les villes bretonnes ont suivi la tendance.

  • Vannes : +16,1 % sur un an et +61% sur 5 ans
  • Quimper : +13,9 % en un an et +26,8 % sur 5 ans
  • Rennes : +11,7 % en un an et +38,7% sur 5 ans
  • Lorient +13,2 % en un an et 26,5 % sur 5 ans

 

Sur le marché des appartements anciens Brest et Lorient sont les deux villes qui ont subi les plus grosses augmentations sur l‘année passée, mais sur les 5 dernières années Rennes et Vannes restent en pole position:

  • Brest : + 16,9 % en un an et +31,1% sur 5 ans
  • Lorient : + 15,4% et +26,6% sur 5 ans
  • Rennes : +11,9% et +41,8% sur 5 ans
  • Vannes :+11,9 % en un an et +46,4% sur 5 ans

 

Les Franciliens pas responsables de la flambée des prix

Depuis un an on peut entendre ici ou là que les « Parisiens » seraient les principaux responsables de la flambée des prix. Les chiffres contredisent cette affirmation.

 « Ce n’est pas le cas du tout » explique Olivier Arens, président du conseil régional des notaires « on est en baisse en terme de volume sur les achats par les franciliens. Bien sûr ils représentent toujours entre 15% et 20% du marché [ndlr : sur certains secteurs du littoral] mais ça ne fait pas le marché. La hausse est due à une raréfaction de l’offre,  et donc mécaniquement on a des prix qui ont tendance à augmenter »

Les Bretons sont en effet les premiers acquéreurs des biens partout dans la région.

Au premier trimestre 2021, sur les appartements anciens, 82,4 % des acquéreurs viennent de la même commune, du même département ou de la région et seuls 7,5 % des acheteurs sont originaires d’Ile de France. Ces chiffres étaient respectivement de 82 % et de 7,4% en 2019.

 

 

Au premier trimestre 2021, 79,6 % des acquéreursur de maisons anciennes vivaient déjà dans la région (même commune, même département ou de Bretagne) et 7,9 % sont basés en Ile de France. En 2019 les Franciliens représentaient 6,5 % des acquéreurs.

 

 

Sur certaines zones du littoral, dans le golfe du Morbihan ou dans le pays malouin, les choses sont toutefois un peu différentes. Les prix de l’immobilier sont très élevés et les Franciliens représentent une partie plus importante des acquéreurs du fait de leur plus fort pouvoir d’achat. En 2021, 15,7 % des acheteurs dans le pays malouin sont ainsi originaires de la région parisienne contre 12,8 % en 2019.

L’autre enseignement de l’étude réalisée par le conseil régional des notaires est que paradoxalement  « les bassins qui profitent le plus de la sortie du confinement et de l’embellie ce sont les bassins ruraux où on retrouve beaucoup plus de Franciliens avec une augmentation de +4% » explique Olivier Arens.

A noter que l’on constate également que les achats réalisés par les retraités sont moins importants. Les récents investisseurs sont majoritairement des personnes actives.

L’étude complète réalisée par le conseil régional des notaires est à retrouver ici :

Le marché de l’immobilier breton juin 2021

 





Source link

Autres articles à lire

le château Diter devra être démoli, la Cour de cassation rejette le pourvoi du propriétaire

administrateur

le retour en grâce du viager

administrateur

LMNP: comment déclarer ses revenus ?

Journal

Des agents immobiliers de Toulouse racontent les nouvelles attentes (ou pas) de leurs clients depuis le déconfinement

administrateur

Immobilier. Depuis la crise sanitaire, le marché breton ne cesse de se tendre

administrateur

à Beaufort, une maison en polystyrène est en train d’être construite

administrateur