travaux-devis-71.com

information judiciaire ouverte après l’effondrement des deux immeubles de la rue de la Rousselle

information judiciaire ouverte après l’effondrement des deux immeubles de la rue de la Rousselle
Notez cet article



Dans la nuit du 20 au 21 juin dernier, deux immeubles se sont effondrés dans le centre-ville de Bordeaux. Trois personnes ont été blessées, dont l’une très gravement. Le parquet indique qu’une information judiciaire a été ouverte pour rechercher d’éventuelles responsabilités.

Dans la nuit du 20 au 21 juin dernier, peu après minuit, deux immeubles de la rue de la Rousselle, à Bordeaux, se sont effondrés. Trois personnes ont été blessées, dont l’une très gravement.

Cinq personnes ont aussi été bloquées pendant quelques heures sur une partie non-effondrée de l’un des deux immeubles, avant d’être secourues par les pompiers. 

Comme le révèle le site Actu.fr, et nous le confirme le procureur adjoint Olivier Etienne, une information judiciaire a été ouverte mercredi 7 juillet par le parquet de Bordeaux, des chefs de “blessures involontaires avec incapacité totale inférieure à trois mois par violation délibérée d’une obligation de sécurité et de prudence” ainsi que “mise en danger de la vie d’autrui”. 

Qui est responsable de l’effondrement ? 

C’est la suite logique de l’enquête de flagrance ouverte juste après l’effondrement. Désormais, il appartient au juge d’instruction de poursuivre les investigations. L’information judiciaire est pour l’instant ouverte “contre X”. 

“L’objectif sera de déterminer les causes à l’origine de l’effondrement, puis les éventuelles responsabilités”, précise Olivier Etienne. Le juge pourra ordonner de nouvelles expertises. 

Neuf victimes potentielles, ayant subi des blessures physiques ou psychologiques, ont été identifiées par le parquet. Elles pourront se constituer partie civile auprès du juge d’instruction, et ainsi accéder au dossier. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source link

Autres articles à lire

Se payer un château (d’eau) de 335 m² en Dordogne pour 20 000 € !

administrateur

la mairie de Dijon réclame 200 000 euros de dommages et intérêts aux militants

administrateur

on peut encore vendre et acheter en cette période de confinement

administrateur

Immobilier. Depuis la crise sanitaire, le marché breton ne cesse de se tendre

administrateur

Après la crise Coronavirus et le confinement, le boom de l’immobilier dans l’Ain, département convoité par les urbains

administrateur

Les biens confisqués pourront désormais revenir à des associations

administrateur