travaux-devis-71.com

des propriétaires du nouveau quartier Marenda Lacan vent debout contre le promoteur



Les propriétaires d’un immeuble d’Antibes dans les Alpes-Maritimes ne décolèrent pas. Ils dénoncent des retards dans la livraison de leur appartement et des malfaçons qui ne leur permettent pas d’y habiter. Le promoteur dit prendre le problème très au sérieux.

« Il y a eu zéro communication, on a préféré faire appel à un avocat ».

Cette habitante de l’immeuble Marenda Lacan ne décolère pas. Elle n’est d’ailleurs pas la seule. En 2019, elle se porte acquéreur d’un appartement, sur plans. Elle va très vite déchanter.

Après les retards de livraison répétés et voyant les choses mal tourner, elle, comme un collectif crée pour l’occasion se sont tournés vers une avocate. 

« Au départ », résume Me Céline Zakine « on était parti sur des actions en justice pour demander une réparation pécuniaire suite aux retards et petit à petit cette histoire a pris de l’ampleur ».

Le conseil des habitants lésés précise : « on s’est aperçu au fil des livraisons que l’on avait des désordres importants, des défauts de conformité par rapport à ce qui devait être réalisé contractuellement ». 

Mais là où les futurs propriétaires se sont sentis trahis, c’est dans la difficulté de communiquer avec le promoteur.

Pas de cahier des charges et on ignore comment la construction a été réalisée

Les malfaçons seraient également légion selon les habitants, des fuites d’eau repérées ici ou là, notamment dans les garages. Depuis quelques jours, des travaux seraient réalisés pour tenter de colmater ces problèmes d’infiltration d’eau, un cache-misère estiment certains.

Pour Nicolas Chauveau, porte-parole de BNP Paribas Estate, le promoteur de ce projet qui totalise 200 logements, « toutes les doléances des propriétaires seraient prises en compte. On a été à l’écoute des copropriétaires on a essayé de répondre rapidement aux problèmes d’humidité par exemple avec des systèmes de ventilation.

On met des moyens des équipes pour accompagner les clients sur la gestion de la levée des réserves ».

Nicolas Chauveau, BNP Paribas immobilier.

Pas sûr que les copropriétaires soient pleinement rassurés par un tel discours d’autant que, selon nos informations, ils ont pour certains dû débourser près de 12 000 € le mètre carré.

Ces immeubles font partis de ce nouveau quartier du centre-ville :

Le complexe cinématographique doit ouvrir prochainement. Cette rénovation du centre-ville était initialement prévu pour s’achever en 2020.





Source link

Autres articles à lire

des habitants se battent pour sauver un terrain omnisports voué à la destruction au Neudorf

administrateur

La sous-préfecture de Nérac, bâtisse d’exception, bradée 440 000 euros aux enchères

administrateur

Le groupe Giboire abandonne son projet d’hôtel sur l’île privée de Berder

administrateur

la plus ancienne école de France change de propriétaire

administrateur

investir en Poitou-Charentes est-il profitable ?

administrateur

Tours dans le top 10 des villes où il faut investir dans le locatif

administrateur