travaux-devis-71.com

découvrez la carte des loyers en Bourgogne-Franche-Comté commune par commune

découvrez la carte des loyers en Bourgogne-Franche-Comté commune par commune
Notez cet article



Le gouvernement a publié au début du mois de décembre une carte des loyers pour l’ensemble des communes de France réalisée à partir de données issues des sites d’annonces immobilières. Une première issue du travail de chercheurs dijonnais. 

Le gouvernement a mis en ligne au début du mois de décembre 2020 une carte des loyers pour l’ensemble des communes de France. Des données existaient déjà pour les grandes agglomérations mais c’est la première fois qu’un travail est mené sur l’ensemble de la France. 

Trois chercheurs de l’Inrae et d’AgroSup Dijon ont travaillé sur ce projet au sein du Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (Cesaer). Les économistes Julie Le Gallo et Marie Breuillé et le géographe Camille Grivault ont pour cela analysé des millions d’annonces immobilières parues sur les sites Leboncoin, Seloger.com et PAP au troisième trimestre 2018. L’analyse porte aussi bien sur les appartements que les maisons.  

“C’est totalement inédit. C’est la première fois qu’il y a ce type de partenariat officiel qui se met en place entre l’État et les plateformes pour pouvoir accéder à leur base de données exhaustives”, nous explique l’économiste Julie Le Gallo.

Sans surprise, ce sont dans les grands centres urbains et les zones touristiques que se concentrent les loyers les plus élevés. “On avait un certain nombre d’intuitions, donc on n’a pas eu de très grosses surprises en voyant la carte. Mais ça nous permet d’objectiver là où on n’avait pas d’indicateurs.”

“On a des loyers qui varient beaucoup selon les communes. Il peut y avoir des écarts de 6  à 7 fois entre les communes rurales et les loyers qu’on trouve à Paris, détaille la chercheuse. Même à un niveau local, on a des très fortes variations.” 

Pour ce qui est de la Bourgogne-Franche-Comté plus particulièrement, on retrouve des loyers particulièrement élevés sur l’axe Dijon-Beaune-Chalon-sur-Saône d’une part. Et sur l’axe Dijon-Dole-Besançon d’autre part.

Julie Le Gallo, économiste

Si la carte ne s’affiche pas, cliquez ici

“Ce qui ressort aussi de façon assez nette, c’est la zone frontalière suisse, poursuit-elle. On retrouve également des petites villes qui structurent l’espace rural. Les petits et moyens pôles d’emploi peuvent jouer un rôle très structurant localement dans les territoires. En Bourgogne-Franche-Comté, Avallon, Saulieu ou Semur-en-Auxois ressortent.” 

Ainsi, en Bourgogne, c’est l’agglomération dijonnaise qui concentre les loyers les plus élevés pour des maisons (charges comprises). 10,90€ en moyenne à Fontaine-lès-Dijon, 10,30€ à Dijon. En Franche-Comté, c’est sur les communes des Rousses, de Morbier ou encore de Prémanon que les loyers sont les plus élevés : 13,10€ par m².  En revanche, dans la Nièvre ou en Haute-Saône,  le loyer moyen dépasse tout juste 5€ par m² dans certaines communes.   

Pour comparer les territoires entre eux, les chercheurs ont calculé des loyers charges comprises pour des logements types de 49 m² pour les appartements et de 92 m² pour les maisons. Dans les communes pour lesquelles ils n’avaient pas de données, il a fallu extrapoler à partir de villes semblables.

 

Une carte destinée au grand public comme aux professionnels

La carte des loyers se destine aussi bien au grand public qu’aux professionnels ou aux pouvoir publics. “L’idée pour le moment était de mettre à disposition du public des informations sur des territoires où on n’en avait pas ou très peu, précise l’économiste. Le public au sens large, à la fois les particuliers qui peuvent vouloir avoir une idée du loyer de la commune qu’ils visent mais aussi les propriétaires, les investisseurs, les professionnels. On est vraiment dans un objectif de connaissance du marché locatif.”

“Il y aura un objectif pour les politiques publiques qui est de pouvoir moduler les politiques de l’habitat aux réalités des territoires. Mais là on est dans un objectif plus long terme”, ajoute-t-elle.

En raison des données traitées, l’étude comporte plusieurs limites, dont les chercheurs ont conscience. Les annonces analysées remontent à 2018, elles font apparaître des loyers avec charges, les annonces pour des locations touristiques peuvent venir brouiller les résultats. “On est conscient des limites qui ont pu être soulignées ça et là dans la presse. Néanmoins, c’est la première fois qu’on a ces informations sur l’ensemble du territoire, qui plus est avec une méthodologie qui est transparente, indique Julie Le Gallo. L’ensemble des documents sont téléchargeables sur le site du ministère. Donc on peut se faire une idée en toute transparence.”

C’est désormais dans les mains de l’agence publique d’information sur le logement, l’Anil, que repose l’avenir de cette carte. L’objectif est d’actualiser la carte “au moins tous les deux ans, si possible tous les ans.”

 



Source link

Autres articles à lire

quelles sont les règles pour déménager pendant le confinement ?

administrateur

le golfe d’Ajaccio sur la première place du podium

administrateur

Immobilier en Aquitaine : après le confinement, la région attire d’autant plus les acquéreurs

administrateur

l’encadrement des loyers peut-il être un frein à la location à Marseille ?

administrateur

pourquoi les logements disponibles sont-ils si rares à Cherbourg-en-Cotentin ?

administrateur

embellie pour le marché immobilier à Perpignan

administrateur