travaux-devis-71.com

Dans le sud de l’Aisne, le déconfinement dope les ventes immobilières

Dans le sud de l’Aisne, le déconfinement dope les ventes immobilières
Notez cet article



Depuis le le 12 mai et le déconfinement, les agences immobilières du sud de l’Aisne enregistrent une forte augmentation des ventes. De nombreuses personnes cherchent à quitter la région parisienne ou les appartements. Leurs priorité : la tranquillité, la nature et l’espace.

Le compromis de vente est sur la table signé. Pour ce jeune couple venu de Seine-et-Marne, terminé l’appartement. Ils vont bientot élire domicile dans une grande maison à Marolles à la limite entre l’Oise et l’Aisne. “Nous, on cherche vraiment une maison un peu dans la campagne avec surtout un jardin parce qu’on a un chien, explique Audrey, la nouvelle propriétaire. Et aussi un grand espace de vie. Deux toilettes, deux salles de bains… Et là, on a ce qu’il faut. On est content !

Des clients de la région parisienne

Depuis deux mois, les agences de Villers-Cotterêts dans l’Aisne peinent à repondre à la demande. Une conséquence du confinement. Les biens en vente ne le restent pas longtemps. “En moyenne, les biens restent trois semaines au maximum sur le marché, confirme Samia Ghezali, commerciale dans une agence immobilière de la ville. Parce que là, on a un afflux de clientèle de Paris terrible. On ne pensait pas que le déconfinement allait nous apporter autant de clients. Mais ça rentre, ça sort. Ça ne fait que ça. On n’a même pas le temps de faire de la publicité sur les biens qu’ils partent directement.

Du calme et de la nature

Les différentes agences immobilières de Villers-Cotterêts ont enregistré une hausse des ventes de 20% à 25%. La cité d’Alexandre Dumas est à moins d’une heure de Paris par le train. Elle a l’avantage d’offrir des prix plus abordables que le sud de l’Oise. Et de l’espace. “En priorité, les acheteurs nous demandent une qualité de vie. Vraiment, explique Laure Lepercq, gérante d’une agence immobilière. Ce qui est important pour eux, c’est de pouvoir par exemple avoir un petit jardin. C’est de pouvoir avoir des services, une forêt à proximité. Ça c’est vraiment quelque chose qui est recherché.

La nature, la pierre et le calme attirent. Les villages de la forêt de Retz aux alentours de Villers-Cotterêts bénéficient également de cet engouement. Sur Villers-Cotterêts même, il y a la demande habituelle qui est importante et qui existe, confie Michel Laurent, gérant agence immobilière. Là, ça ne change pas. Non, aujourd’hui, ce qu’on nous demande, c’est la campagne. La campagne perdue même. Avant on avait du mal à les emmener sur certains secteurs mais là, non“.

Un phénomène qui ne se retrouve pas dans tout le département de l’Aisne : Soissons semble moins recherchée par ces nouveaux acquéreurs. Il faut dire que la cité du vase est située à plus d’une heure de Paris par le train.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

Autres articles à lire

Et si vous placiez votre argent dans une SCPI ?

Journal

Dans la Loire, Saint-Chamond veut être le nouvel eldorado des Lyonnais

administrateur

La pierre, valeur refuge après le confinement selon les notaires bretons

administrateur

Immobilier – Nantes : après une pause pendant le confinement, le secteur repart à la hausse

administrateur

L’ancien château lotois de Léo Ferré mis aux enchères sur internet

administrateur

embellie pour le marché immobilier à Perpignan

administrateur